Catégorie #66 : Un livre dont le personnage principal a un handicap

un funambule sur le sableJe n’ai pas cherché à remplir cette catégorie, comme toutes celles que je vais remplir à partir de maintenant. Les défis me stimulent pendant un temps puis me lassent, car font presque de la lecture un travail, et je n’ai que trop besoin qu’elle reste un plaisir. Au hasard de ma bibliothèque, je me suis retrouvée face à face avec Un Funambule sur le sable de Gilles Marchand, livre qui m’avait intriguée dès le départ et que j’ai mis de longs mois avant de lire. Mais je n’ai pas été déçue du voyage.

Un Funambule sur le sable est l’histoire d’un petit garçon, surnommé « Stradi » tout au long du roman, qui a un violon dans la tête. Chaque personnage essaye d’apprendre à vivre avec. Et si ses parents sont emplis d’amour envers leur enfant, il est plus compliqué pour ses camarades de classe de l’accepter tel qu’il est réellement. Toute une réflexion sur le handicap est portée à travers Stradi, et le violon dans la tête est une excellente façon de la poser. Handicap pratiquement invisible, contrairement à son ami Max, qui suscite parfois admiration, parfois répulsion, toujours intrigue, Stradi est toujours en marge des autres, rien que par la nature de son handicap. La réflexion se poursuit, notamment sur le rôle que la société a à jouer, sur les problèmes d’intégration, sur la volonté d’être normal sans pour autant perdre sa différence qui construit son identité, sur les relations sociales, amicales ou amoureuses. Tous les aspects de la vie sont abordés à travers l’évolution de Stradi, petit garçon qui devient adulte au fil des pages. Mais même avec un handicap, l’auteur nous emmène avant tout dans la vie d’un être humain qui a des peurs, des doutes et qui traverse les mêmes épreuves que tout un chacun.

En dehors de Stradi, chaque personnage a une consistance, une histoire propre qui le rend intéressant. Chaque personnage est humain. Le personnage du père est absolument fantastique selon moi, à travers toutes ses expérimentations, et à travers lui, je crois parfois apercevoir l’auteur et les réflexions qu’il peut se faire et qu’il souhaite apporter dans l’histoire. Que ce soit des réflexions sur la littérature, les mots, les sciences. Le style participe à ces expérimentations, notamment par tout un florilège de jeux de mots et d’humour bien placé. Mais pour ce qui est de la musique, alors il faut se tourner vers Max, le personnage musical. Car ce roman est aussi un roman de la musique, une symphonie représentée à la fois par Max et surtout par Stradi et son violon dans la tête. Une mélodie berce le lecteur à chaque page, ne le laissant jamais tout à fait dans le silence des mots. C’est incroyable et ça sonne juste.

Pour finir, je dirai simplement que j’ai adoré ma lecture, de ce roman plein de fantaisie et de couleurs. Il est un peu un roman de la vie, un roman du soleil pour moi. Rempli de lumière, de chaleur et d’espoir.

Un commentaire sur “Catégorie #66 : Un livre dont le personnage principal a un handicap

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s